Valid XHTML 1.0 Transitional
Valid CSS!

Contact :
webmaster
[AT]
viadraconis.fr



Le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons, exception faite, bien sur, des citations qui, pour la plupart, sont issues de la Bible, et des reproductions de manuscrits ou de tableaux.


Creative Commons License
Creative Commons License

Tympan de la Porte du Sauveur

Accueil > Extérieur > Porte du Sauveur > Tympan


Le Tympan de la Porte du Sauveur représente le jugement dernier : au jour venu, les morts se relèvent de leur tombeau et chacun est jugé pour ses actes : les élus, qui ont bien œuvré, se voient ouvrir les portes de la Jérusalem céleste, alors que les damnés, condamnés par leurs actes, sont engloutis dans la gueule du Léviathan.

De bas en haut, nous avons :

Tympan de la porte du sauveur


La résurrection des corps

La résurrection des corps

La partie inférieure du tympan représente la résurrection des corps : les morts, ressuscités, sortent de leur tombe. Quatre anges jouent de la trompette. Saint Michel pèse les âmes dans sa balance qu'un diable et un ange cherche à déséquilibrer de son côté, les bonnes et les mauvaises actions. Dans le plateau le plus lourd on peut voir un Agnus Dei et dans l'autre une tête de diable.

Le fait que la plateau le plus lourd soit celui de l'agneau indique qu'à la fin de tout, le bien aura une victoire définitive sur le mal.

D'après le christianisme, cette résurrection de la chair se produira lors de la parousie, c'est-à-dire la seconde venue du Christ. On trouve trace de cet évènement dans l'Ancien et le Nouveau Testaments : énoncé dans l'Ancien, il est repris dans le Nouveau et Saint Paul en fait le point capital de ses épîtres. L'homme étant corps et âme, l'un ne peut renaître sans l'autre car les deux ne font qu'un. Mais ce corps qui renaît n'est pas un corps de chairs putrescibles, mais un corps de gloire, un corps divin.

A la fin de l'antiquité, on pensait que les corps ressusciteraient à l'âge d'environ trente ans, âge de Jésus à sa mort.

La résurrection des corps

[...]et (il) me déposa au milieu de la vallée : elle était plein d'ossement. Il me fit circuler parmi eux en tous sens ; ils étaient extrêmement nombreux à la surface de la vallée ; ils étaient tout à fait desséchés. Il me dit : "Fils d'homme, ses ossements peuvent-ils revivre ?" [...] Ainsi parle le Seigneur Dieu à ses ossements : Je vais faire venir en vous un souffle pour que vous viviez. [...] Ainsi parle le Seigneur Dieu : Souffle, viens des quatre poins cardinaux, souffle sur ces morts et ils vivront.

(Ez XXXVII, 1-9)

Je vais ouvrir vos tombeaux ; je vous ferai remonter de vos tombeaux , ô mon peuple...

(Ez XXXVII, 12)

Beaucoup de ceux qui dorment dans le sol poussiéreux se reveilleront, ceux-ci pour la vie éternelle, ceux-là pour l'opprobe, pour l'horreur éternelle.

(Dn XII, 2)

L'heure vient où tous ceux qui gisent dans leur tombeaux entendront sa voix, et ceux qui auront fait le bien en sortiront pour la résurrection qui mène à la vie ; ceux qui auront pratiqué le mal, pour la résurrection qui mène au jugement.

(Jn V, 28-29)


Haut de page


La psychostasie

Pesée des âmes

La pesée des âmes ou "psychostasie" est représentée par l'archange Michel, ailes déployées, une balance dans la main gauche.

L'origine de la psychostasie est très ancienne puisqu'on la trouve dans le "livre des morts" de l'ancienne égypte. Le cœur du défunt était mis sur le plateau d'une balance. Sur l'autre plateau, une plume, le déesse Mâat, symbolisant la justice, l'équité, la Règle... Le cœur du défunt devait être aussi léger que la plume, le cas contraire signifiant que sa vie ne s'était pas confortée aux enseignements de Mâat. Le jugement était validé par Horus et Anubis, et noté par Thot. Il se faisait en présence d'Osiris et d'Isis.

Souvent les représentations de la psychostasie nous montrent un démon essayant d'influer sur la pesée, appuyant sur le plateau qui lui est le plus favorable. Ici, il semble que Saint Michel appuie négligemment sur l'un des fleaux avec deux doigts, pour contrebalancer le démon qui tente de tirer vers lui le plateau de droite.


Haut de page


La séparation

Les élus s'avancent à droite du Christ vers la porte du ciel que Saint Pierre leur ouvre. Des anges avec des couronnes volent au-dessus d'eux. De l'autre côté, les réprouvés sont poussés par des diables dans la gueule béante d'un Léviathan. Les anges au-dessus d'eux sont armés d'épées ignées.

Les élus s'avance vers la porte de la Jérusalem céleste

détail de la porte

Les élus sont accueillis par le gardien, le maître des clés, Saint Pierre, qui leur montre le chemin du doigt.

Pour entrer, il faut passer la porte étroite. On ne peut passer ce seuil qu'en se baisant.

Les élus sont vêtus d'une robe blanche, et au passage de la porte, un ange pose une couronne sur leur tête.

En-dessous de lui, un autre porte un encensoir, et encore au-dessous un troisème garde la porte étroite avec un glaive.

Les élus sont souriants : leur visage exprime une joie sereine.

L'un des anciens prit alors la parole et me dit : Ces gens, vêtus de robes blanches, qui sont-ils et d'où sont-ils venus ? Je lui répondis : Mon Seigneur, tu le sais ! Il me dit : Ils viennent de la grande épreuve. Ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'agneau

(Ap VII, 13-14)

Alors je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre ont disparu et la mer n'est plus. Et la cité sainte, la Jérusalem nouvelle, je la vis qui descendait du ciel, d'auprès de Dieu [...] Il (Dieu) essuiera toutes larmes de leurs yeux. La mort ne sera plus. Il n'y aura ni deuil, ni cri, ni souffrance, car le monde ancien a disparu.

(Ap XXI, 1-4)

Du côté droit de ce deuxième étage du tympan, les damnés.

Détail du Tympan

Les damnés sont conduits vers la gueule béante du Léviathan, porte infernale. Des diables les poussent et les tirent vers ce gouffre béant. Les damnés sont nus. Leur visage exprime la détresse et la peur. Le Nouveau Testament l'exprime en ces mots : pleurs, grincements de dents, fournaise ardente, feu éternelle de la Géhenne...

On peut remarquer dans la foule des damnés un roi (couronne) et même un évèque (mitre et crosse). Les sculpteurs du Moyen Age avaient un évident sens de l'humour, et la présence d'un roi et d'un évèque ne leur semblaient pas irrévérencieux ni même sacrilège : la naissance ou l'ordination n'empêche pas la prévarication et donc la damnation.

Détail du Tympan Détail du Tympan

Tenter de s'échapper est un acte vain, vu la présence d'anges armés d'épées de feu au-dessus de la scène.

De même que l'on ramasse l'ivraie pour la brûler au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde : le Fils de l'Homme enverra ses anges ; ils ramasseront, pour les mettre hors de son Royaume, toutes les causes de chute et tous ceux qui commettent l'iniquité, et ils les jetteront dans la fournaise de feu ; là seront les pleurs et les grincements de dents.

(Mt XIII, 40-42)

Alors il dira à ceux qui sont à sa gauche : "Allez-vous en loin de moi, maudits, au feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. [...] Et ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes à la vie éternelle."

(Mt XXV, 41-46)


Haut de page


Détail du Tympan

La bouche des enfers est représentée par celle d'une sorte de dragon ou d'un serpent. Ce Léviathan était souvent représenté par un animal marin venant des profondeurs de l'océan. Ici, l'aspect marin est mis de côté au profit d'autres caractéristiques empruntées à d'autres animaux : notre Léviathan a les oreilles pointues du loup.

L'origine de ce monstre se trouve dans les mythes phéniciens : l'éclipse de lune est expliquée par un monstre qui avale la lune.

On le trouve ensuite dans l'Ancien Testament sous la forme du monstre marin issu du chaos primitif et vaincu par Dieu. Parfois son nom se substitue à celui de Satan, car il est un obstacle entre l'homme et le Divin.

Oui, cette nuit-là, qu'elle soit infécondée, que nul cri de joie ne la pénètre ; que l'exècrent les maudisseurs du jour, ceux qui se préparèrent à éveiller le Tortueux ; que s'enténèbrent les astres de son aube, qu'elle espère la lumière - et rien ! Qu'elle ne voie pas les pupilles de l'aurore !

(Jb III, 7-9)

Dans cette citation du livre de Job, le "Tortueux", littéralement "Léviathan", est le monstre du chaos mangeant le soleil, faisant ainsi paraître (ou plutot disparaître) l'éclipse.

Tu as maîtrisé la mer par ta force, fracassant la tête des dragons sur les eaux ; tu as écrasé les têtes de Léviathan, le donnant à manger à une bande de chacals.

(Ps LXXIV(LXXIII), 13-14)

Notons ici que le Léviathan a, dans la mythologie, 7 têtes. 7 têtes, ou encore 7 façons de se détourner du Divin. A mettre en relation avec les 7 péchers capitaux.

Ce jour-là le Seigneur interviendra avec son épée acérée, énorme, puissante, contre Léviathan, le serpent fuyant, contre Léviathan, le serpent tortueux, il tuera le Dragon de la mer.

(Es XXVII, 1)


Haut de page


Le Christ

Le Christ apparaît entouré de la Vierge et de Jean, rendant justice, les deux mains tendues, paumes ouvertes vers l'avant. Les anges tiennent les instruments de la passion.

Détail du Tympan

Marie et un ange portant la croix et la couronne

Les plaies dans les mains de Jésus sont visibles, ainsi qu'un peu de sang qui s'en écoule.

A sa droite, donc sur la partie gauche du tympan, on voit la Vierge à genoux, les mains jointes. Derrière elle, un ange tient en ses mains la croix et la couronne d'épines.

Jean et un ange tenant une lance et une pierre

A la gauche du Christ, Jean, le disciple que Jésus aimait, à genoux et mains jointes lui aussi. Derrière lui un ange tient la lance qui perça le flanc de Jésus en croix, ainsi qu'une pierre.

Remarquons que Jean et Marie sont présent au Golgotha lors de la crucifixion.


Haut de page


Apparition du fils de l'homme dans les nuées

Deux épées sortent de sa bouche. Il est accompagné de deux anges tenant le soleil et la lune. En-dessous, entre les deux anges, sept chandeliers, sept flammes, les sept esprits devant le trône.

Je me retournais pour regarder la voix qui me parlait ; et, m'étant retourné, je vis sept chandeliers d'or ; et au milieu des chandeliers quelqu'un qui semblait un fils d'homme. Il était vêtu d'une longue robe, une ceinture d'or lui serrait la poitrine; [...] dans sa main droite, il tenait sept étoiles, et de sa bouche sortait un glaive acéré à deux tranchants.

(Ap I, 12-16)

Du trône sortaient des éclairs, des voix et des tonnerres. Sept lampes ardentes brûlaient devant le trône, ce sont les sept esprits de Dieu.

(Ap IV, 5)

Apparition du fils de l'homme dans les nuées

La dénomination "fils de l'homme" intervient dans le livre de Daniel (Dn VII, 13-14). Il désigne l'Homme accompli, titulaire de l'autorité royale et sacerdotale. Il est l'homme qui a réalisé en lui la présence immanente divine. Il est le Prêtre-Roi de la Tradition, que l'on retrouve dans de nombreux écrits.

Je regardais dans les visions de la nuit, et voici qu'avec les nuées du ciel venait un Fils d'Homme ; il arriva jusqu'au Vieillard, et on me fit approcher en sa présence. Et il lui fut donné souveraineté, gloire et royauté.

(Dn VII, 13-14)

Le Prêtre-Roi est le lien, le pontifex : c'est un guide sûr, reconnu comme tel par tous, il est le pont entre les deux mondes, celui des hommes et celui des dieux. Il fait le lien entre l'intérieur et l'extérieur de l'homme.

Dans les diverses traditions, on attribue au Prêtre-Roi une naissance avec des modalités différentes de celles des autres hommes : parfois il naît d'une vierge, d'autres fois d'un dieu qui s'accouple avec une femme, ceci pour signifier que la vie personnelle du Prêtre-Roi provient d'une force spirituelle existant avant la naissance physique, et continuant après la mort physique.

(Sébastiano Caracciolo - La science hermétique - L'originel 1999)

Le thème du Prêtre-Roi est lié à celui de l'Age d'Or de la Tradition et se rapporte ainsi à la notion de centre, de point de jonction entre le microcosme et le macrocosme, point d'intersection de l'horizontale et de la verticale, du ciel et de la terre.

Il (le centre) est représenté par l'idée d'un site élevé, siège des dieux, des héros et des Rois divins. C'est le point le plus haut de la Terre, où la Terre et le Ciel convergent. C'est l'Olympe des grecs, le mont Salvat du Graal. [...] Dans les Traditions de l'âge d'Or, les caractéristiques du Centre sont reportées sur le Prêtre-Roi qui le personnifie.

(Sébastiano Caracciolo - La science hermétique - L'originel 1999)

Quelle place que la plus haute de ce tympan pour y mettre le Prêtre-Roi, né d'une vierge et d'un dieu...

Sa naissance nous fait tout de suite penser à Merlin, né d'une vierge et d'un démon dit-on. Mais il était de coutume de désigner par démon tout ce qui n'était pas dans le droit canon. Ainsi les divinités dites païennes... Merlin est le pouvoir sacerdotal et Arthur le pouvoir royal. Symboliquement ils sont une seule et même personne.


Haut de page


Les voussures

Elles sont divisées en huit cordons, chacun sculpté par une suite de petits personnages séparés par un dais. Nous avons ( de l'extérieur vers l'intérieur ) :

  • Des anges
  • Les âmes des élus portées par les anges
  • Les martyrs
  • Les confesseurs
  • Les vierges et les saintes femmes
  • Les vieillards de l'Apocalypse
  • L'arbre de Jessé
  • Les patriarches de l'ancienne loi

Haut de page