Valid XHTML 1.0 Transitional
Valid CSS!

Contact :
webmaster
[AT]
viadraconis.fr



Le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons, exception faite, bien sur, des citations qui, pour la plupart, sont issues de la Bible, et des reproductions de manuscrits ou de tableaux.


Creative Commons License
Creative Commons License

Prudence et Folie

Accueil > Extérieur > Porte du Sauveur > Vierges > Prudence et Folie


Prudence

La prudence

La prudence est représentée par une femme assise tenant un écu sur lequel, avant sa restauration, figurait un serpent.

Le serpent est le gardien des lieux cachés et sacrés. Il est aussi un symbole qui traduit le mouvement et la vie (chez les Chaldéens, le même mot désignait la vie et le serpent) : l'Ourobouros, serpent qui se mord la queue, représente l'unité, l'éternité, les cycles qui se suivent, ce qui n'a ni commencement, ni fin, mais qui se reproduit à jamais. Il signifie : "Tout est en un".

Ce cercle est l'espace sacré, placé sous la protection des dieux.

Lorsqu'il a des ailes, le serpent est le Mercure volatil des Philosophes, tandis que sans aile, il est le Soufre fixe. On le trouve sur le caducé d'Hermès : deux serpents enlacent et s'enroulent autour de la baguette d'or : le fixe et le volatil sont unis, ceux qui sont opposés peuvent être réunis. Il figure un état et la possibilité d'obtenir un état différent : le venin et son remède, la maladie qui se transforme en guérison.

Dans l'Egypte antique, le serpent se porte au front, sur la tiare du pharaon : il est l'uraeus, protecteur et guérisseur, souvent associé au vautour. Les deux déesses Sekhmet et Nekhebet, protectrices des deux Terres qui forment l'Egypte, la déesse vautour et la déesse serpent.

Ce serpent n'est pas sans rappeler le serpent qui sort de la coupe de Saint Jean. On aurait donné à Jean un calice rempli de vin empoisonné. Mais le poison en serait ressorti sous la forme d'un serpent et Jean aurait pu boire son vin sans en mourir.

Le serpent ne doit pas être pris ici dans le sens de tentateur, comme celui qui donna la pomme à Eve. L'Ancien comme le Nouveau Testament donne un rôle néfaste au serpent. Tentateur, instrument de chatiment, condamné à ramper pour ses fautes, il incarne les forces d'en-bas, diaboliques et néfastes. Il faut y voir ici un symbole positif, et même si on a tenté de faire du Moyen Age un âge sombre, la preuve est là que la Tradition ne s'était pas perdue.


Folie

La folie

Elle est représenté par un homme couvert de haillons, semblant dévoré un caillou. Il marche en regardant derrière lui, plutôt que devant.

Le fou a perdu le contrôle de sa vie ainsi que son sens : il fuit son passé et ne peut voir l'avenir dont il se détourne.


Haut de page