Valid XHTML 1.0 Transitional
Valid CSS!

Contact :
webmaster
[AT]
viadraconis.fr



Le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons, exception faite, bien sur, des citations qui, pour la plupart, sont issues de la Bible, et des reproductions de manuscrits ou de tableaux.


Creative Commons License
Creative Commons License

Obéissance et Désobéissance

Accueil > Extérieur > Porte du Sauveur > Vierges > Obéissance et Désobéissance


L'obéissance (ou la soumission)

L'obéissance

L'obéissance (ou la soumission) est représentée par une femme assise tenant un écu figurant un chameau, les pattes fléchies.

L'obéissance, qui au Moyen-Age était surtout de la soumission envers l'Eglise et son dogme, était très importante à l'époque. Toute pensée qui n'entre pas dans le droit canon est hérétique, impie, et tout autre nom d'oiseau lui sied à merveille.

On la retrouve comme une des vertus premières du moine : lors de son admission, il jure chasteté, pauvreté et obéissance. Ce qui est figuré dans l'ordre franciscain par les trois noeuds de la ceinture en corde que portent les moines.

Le chameau représenté sur l'écu est pattes fléchies : il s'abaisse ainsi pour recevoir une lourde charge. Ici, la notion de s'abaisser est bien sur synonyme de soumission.

Le chameau était considéré par les Pères de l'Eglise comme un symbole du Christ : comme ce dernier, il est capable de s'agenouiller et de recevoir de lourdes charges.

Le chameau est aussi le véhicule qui permet de traverser le désert. C'est un animal placide, mais à fort caractère. Le thème de la traversée du désert est intéressant : pour atteindre son but, il faut avoir un caractère trempé et ne pas reculer devant l'épreuve ou la difficulté. Ce voyage nous mène alors au centre de nous même, celui qui est caché dans les sables du désert.


Haut de page


La désobéissance (ou la révolte)

La désobéissance

La désobéissante est représentée par deux hommes : l'un est un évèque, reconnaissable à sa mître. L'autre homme semble vouloir lui dire ses quatre vérités : ces traits sont sévères et dedaigneux. Les doigts de sa main droite forment un signe : le pouce maintient le majeur plié alors que les autres doigts sont tendus. Ce signe fait penser à celui du Vade retro ( litt. en arrière !), signe censé éloigner le démon (Vade retro satanas !). Sauf qu'ici, il est dirigé vers l'évèque : l'homme le repousse par un signe et par une formule : on le chasse de soi, de son cœur.

L'homme écrase de son pied celui de l'évèque : on utilise les moyens forts pour repousser : aux moyens verbaux s'ajoutent les moyens physiques. On repousse de corps et d'esprit pourait-on dire.


Haut de page