Valid XHTML 1.0 Transitional
Valid CSS!

Contact :
webmaster
[AT]
viadraconis.fr



Le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons, exception faite, bien sur, des citations qui, pour la plupart, sont issues de la Bible, et des reproductions de manuscrits ou de tableaux.


Creative Commons License
Creative Commons License

Concorde et Discorde

Accueil > Extérieur > Porte du Sauveur > Vierges > Concorde et Discorde


La concorde

La concorde

La concorde est représentée par une femme assise sur un tabouret et tenant un écu sur lequel figure un rameau greffé.

Le notion de greffe sur ce rameau exprime bien la concorde : un rameau, une greffe, pour obtenir une plante nouvelle. Les deux, non seulement coexistent, mais de leur union, de leur réunion, naît une chose nouvelle.

On pourrait presque dire que 1 + 1 = 3 : chacun reste ce qu'il est, mais donne à l'union un élément qui n'était pas présent dans la somme simple des deux.

Ainsi, il y a concorde, lorsque deux forces peuvent s'unir pour en créer une troisième, forte de ses deux parents, mais ayant aussi une identité propre.

Ceci peut venir en illustration de la théorie élémentaire de l'Hermétisme : le Feu et l'Eau s'opposent. Leur union, nécessitant le médiant Air pour réussir, engendre la Terre, qui possède des caractéristiques différentes du Feu et de l'Eau.

La symbolique du rameau s'approche aussi d'une notion de victoire, c'est-à-dire d'un passage réussi d'un état à un autre état. Prenons par exemple celui de la colombe ramenant le rameau d'olivier :

Il attendit encore sept autres jours et lâcha à nouveau la colombe hors de l'arche. Sur le soir, elle revint à lui et voilà qu'elle avait au bec un frais rameau d'olivier ! Noé sut ainsi que les eaux avaient baissé sur la terre.

(Gn VIII, 10-11)

Le rameau y symbolise la paix retrouvée, la victoire de la vie...


Haut de page


La discorde

La discorde

La discorde est représentée par une querelle de ménage : un homme et une femme se disputent. L'homme laisse tomber un pot rempli d'eau qu'il tenait à la main. La femme lache sa quenouille pour tordre le cou de son époux (au sens propre comme au sens figuré) : la dispute survient quand se regarder en face devient impossible.


Haut de page